Zafi

Né en 1946 à Paris, Jean-Claude Fitoussi alias Zafi est un artiste peintre  qui vit et travail à Cognac.

Issu d'une famille de 11 enfants, il passera une partie de sa jeunesse en centre de redressement à Bel- île-en-mer. C'est lors de cette période qu’il trouve pour la première fois  cette envie de peindre.  probablement un désir profond de s'exprimer, d'extérioriser.Seulement, il sera orienté vers une toute voie, celle du bâtiment. Ce n’est que plus tard, lorsqu’il travailla au sein du journal Parisien france soir, que son côté artiste ressurgit. Jean-claude Fitoussi se plonge alors dans la photographie, il arpente Paris avec son appareil photo sur un style à la Cartier-Bresson Robert ou Doisneau.

Ce fut sa première activité artistique, mais la photo le lasse vite. C’est à partir de 1968 que jean-claude Fitoussi commence a fréquenter dans les musées Parisiens, il ira même jusqu'à se rendre à Auvers-sur-Oise sur la tombe de vincent Van Gogh, ainsi que la chambre où le peintre vécue.

Autodidacte, Jean-claude Fitoussi est comme une éponge qui s'imprègne des grands maîtres, il a besoin de visualiser en lui ce qu’ils ont fait avant de revisiter, créer et transmettre son propre univers.  

Il faudra attendre de nombreuses années plus tard, pour que l’artiste qui sommeil en lui refasse surface. Ce n'est qu'à l'aube des années 2000 qu'il prend son premier pinceaupour y faire ses premiers jets. Sa signature "Zafi", sont les initiales et  un hommage à ces parents.

Zafi apprend désormais à manier le pinceau, à maîtriser les couleurs, les formes, et ce n'est que quelques années plus tard que sa peinture acquière une maturité, une composition lisible qui ne cessera d'évoluer.

Le cubisme, sera finalement pour Zafi  l’univers dans lequel il y trouve un grand plaisir, une réelle satisfaction.  A défauts d’avoir suivi le moindre cours de peintre dans sa vie, sa formation se fera de manière naturelle,  il passera un temps infinis à découvrir cet univers à travers livres et reportages, plus qu’une découverte il étudiera profondément le cubisme au point d’éprouver une grande adoration pour ce courant artistique, et le plus célèbre des peintre cubisme.

Un joli destin pour le peintre Zafi, lorsqu’on sait que fernande Olivier, premiere femme de Pablo Picasso repose à Cognac.

Il faut dire que la palette de zafi est large et aime parfois s’amuser à peindre d’autres univers,mais il reviendra sans cesse et de plus en plus souvent au cubisme. Le cubisme est pour Zafi une création sans fin, dira t’il. “ il n’y à pas de limite de création dans le cubisme”.  

Voilà donc ce qui plaît à ce peintre, faire et refaire et casser les traits, les couleurs, les formes…

 


Promenade au parc François 1er

La joueuse de tambourin

La petite fille et son chien